Rechercher dans le forum :

Google: Yahoo: MSN:



Affaire Louis XVII : du nouveau.

Vous avez créé un blog ou un site personnel abordant l'histoire du Premier Empire ? Cette rubrique vous permet d'en communiquer l'adresse et de nous faire part de vos mises à jour.

Affaire Louis XVII : du nouveau.

Messagede pilayrou » Lun 29 Mai 2006 : 17:31

A LA DEMANDE DE CERTAINS MEMBRES DU FORUM, JE POSTE DES NOUVELLES DE MES RECHERCHES SUR LOUIS XVII. CE TEXTE EST UN PEU ARDU. IL CONVIENT DE LE LIRE TRANQUILLEMENT.


UN ENFANT EST SORTI DU TEMPLE DURANT L’ETE 1794. L’ENQUETE ADN 2000 DELORME NE TIENT PLUS.

EN FIN DE TEXTE, DERNIERES REFLEXIONS ET DECOUVERTES. PHRASE QUI ASSASSINE LA DEDUCTION DE MONSIEUR DELORME.

LISEZ TRANQUILLEMENT ; VOUS NE SEREZ PAS DECU.

« LE ROI PERDU – MEMOIRES DE VAISONS », D’OCTAVE AUBRY.

Bref rappel : l’historien et futur académicien Octave Aubry reçoit en 1923 le manuscrit des mémoires du comte de Vaisons, collaborateur du comte Decazes, président du conseil de Louis XVIII.
Dans ce manuscrit, Vaisons est chargé par le roi d'enquêter sur l'affaire Louis XVII. Il visite des témoins de l'époque (le docteur Pelletan, qui a prélevé le fameux coeur des analyses de 1999-2000 - la veuve Simon, femme du 1er gardien du Dauphin – la duchesse d'Arbrantés - le gardien Gomin). Puis il va voir Barras, "tueur" de Robespierre.

Barras lui dit qu'il a fait sortir le fils de Louis XVI du Temple le 25/8/1794. Ses complices étaient le tout nouveau gardien de l'enfant, Christophe Laurent (un protégé créole du secrétaire de Barras) et la soeur de celui-ci, qui introduisit le substitué déguisé en fille. Joséphine de Beauharnais est mise au courant de l’affaire. Fouché, chef de la police secrète de Barras, le sera bientôt.

Louis XVII sera envoyé à St Domingue l'année suivante. Barras n'en sait pas plus. Fouché aura entre temps pris l'affaire en mains. Bonaparte arriva (1799); Barras sera éloigné et Fouché ne lui donnera que de vagues nouvelles du jeune homme.

Vaisons rapporta à Louis XVIII les faits. Le roi envoya aussitôt (1er mars 1820) Vaisons chez Fouché, exilé à Trieste (Italie).

Fouché ne dira mot à Vaisons. Il veut son retour en France contre la vérité sur l'énigme du Temple. Et Louis XVIII ne veut pas de Fouché ! Le comte de Vaisons termina ainsi son enquête.

Début février 1821, la veuve de Fouché, décédé en décembre 1820, se présenta devant Vaisons. Elle lui remit un paquet de lettres : des courriers de Laurent à Fouché, et un courrier expliquant la fin de
Louis XVII, tué lors d'une émeute à Port-au-Prince (Haïti) le 16/9/1803. Le Dauphin vivait jusqu'ici chez une dame Rolland de La Toste. Vaisons en informa Louis XVIII.

Aubry fut acclamé lors de la sortie des « Mémoires » de Vaisons (Le roi perdu). Mais il déclara bien vite que c'était un roman sorti de son imagination ! Dans un courrier adressé à un abbé, sa fille, avocate, déclara que son père fut convoqué par le pape Pie XI au Vatican. Il revint de Rome et ne parla plus jamais de cette affaire. Il détruisit sans un mot ses papiers peu de temps avant sa mort en 1946.
J'ai photocopie de ce courrier de 1957.

Le comte de Vaisons n'aurait donc jamais existé, pas plus que la dame de la Toste.
DONC ROMAN !!!!!

Et bien sans doute que non !

Intrigué, j'ai tapé sur Internet les dates de naissance et de mort de "Vaisons" : 1786-1873.

El la merveilleuse machine me donna ceci :

"Mémoires du marquis-général de Bonneval - 1786-1873" éditées chez Plon - 1900

Curieux, j'ai lancé ma petite enquête sur Bonneval.

Au début de l'Empire, il entre dans l'armée, côtoie l’Empereur et ses proches épisodiquement, accède à des postes comme aide de camp des maréchaux Duroc et Soult. En 1814, il se rallie à Louis XVIII, reste fidèle au roi aux Cent-Jours. Il sert ensuite aux Tuileries aux gardes du corps de 1814 à 1830. Il refuse de servir Louis-Philippe et se retire. La famille Bonneval est sur la liste des descendants d’Hugues Capet.

Voici les points communs entre "Vaisons" et Bonneval.

Les années de naissance et de décès : 1786-1873

Aubry reçoit le manuscrit de "Vaisons" des mains d'un petit-neveu de ce dernier,
LE MARQUIS DE B....... (Bonneval ?)

Vaisons parle de Charles X, "son vieux maître". Bonneval accompagne ce roi jusqu'à Cherbourg lors de l'exil de 1830.

Vaisons refuse de servir Louis-Philippe, comme Bonneval.

Vaisons est doué pour l'écriture; Bonneval écrit ses "Mémoires anecdotiques".

Vaisons dit qu’il a un ancêtre prénommé Melchior, tout comme Bonneval.

Dans « Le roi perdu – Mémoires du comte de Vaisons », Vaisons dit page 201 :

« Le duc Decazes ne me le pardonna jamais, je crois, tout à fait ».
(il s’agit d’une histoire de jalousie entre le premier ministre du roi et Vaisons).

Dans ses « Mémoires anecdotiques », Bonneval dit page 271 :
« Monsieur Decazes fit bonne mine à ce coup droit, mais il ne me le pardonna jamais, je le crois ».
(Bonneval a reproché à Decazes d’avoir rallié Louis-Philippe).

Pratiquement la même phrase !!! Un acteur commun : Decazes ! et un noble au service des Bourbons.

Vaisons était Bonneval ! C’est certain.
Nous pouvons résumer les choses en trois solutions possibles:

1- L’ouvrage publié par Aubry est la vérité; donc le cœur analysé en 2000 n’est pas celui de
Louis XVII ;Bonneval a brouillé les pistes dans son manuscrit afin que l’on ne sache pas qui l’a écrit, ainsi qu’Aubry.

2 -Bonneval a perdu la tête et a écrit cette fantaisie. Curieux pour un personnage qui est sur la liste des descendants d’Hugues Capet, et qui est général ! D’autre part, il devait être très documenté ! Hypothèse douteuse.

3 - Aubry a écrit cette fantaisie en prenant comme exemple la vie de Bonneval. Mais pourquoi un écrivain sérieux aurait-il pondu ce roman ? Il implique un grand nombre de familles nobles (Vaisons a un ancêtre qui a épousé une ancêtre de la famille de Castellane-Majastres ; la famille Decazes est au courant,
les Arbrantés ont leur ancêtre Laure Junot qui est visitée par Vaisons – en 1923, toutes ces familles existent !). D’autre part, pourquoi avoir fait naître Vaisons au château de Saillans (dans la Drôme – où il n’y a pas de château - mais château à Saillans, dans la Gironde, non loin du lieu de naissance de Decazes !)

Sur la couverture du « Roi perdu » est imprimé « publié par Octave Aubry ». Publié : synonyme d’édité, pas d’écrit ! On n’imprime pas cela comme on va faire ses courses ! Octave Aubry déclara après la publication être l’auteur de cet ouvrage. D’autre part, le titre de la collection est « Le roman dans l’Histoire ». Cela voudrait dire qu’Aubry ne savait pas ce qu’il publiait, du vrai ou du faux. Donc, « Le roi perdu » est l’œuvre du marquis de Bonneval !

Vaisons dit qu’il a un ancêtre qui a pour prénom Melchior. Cela n’est pas dans l’ouvrage de Bonneval. Il a donc fallu qu’Aubry le sache !!! Et pourquoi Aubry n’a t-il pas recopié à l’identique la phrase de Bonneval sur Decazes, tant qu’à faire ? Pourquoi le récit qu’aurait écrit Aubry est-il si précis ?

Vaisons dit que Simon quitta le Temple suite à un désaccord avec Chaumette, procureur de la Commune de Paris. Ceci est faux ; Simon quitta le Temple car la Commune vota un texte interdisant le cumul des fonctions. Simon était gardien de Louis XVII et membre du conseil. Il décida d’abandonner la garde de l’enfant. Aubry, qui ne rectifie pas les dires de Vaisons, le savait, mais Bonneval pouvait l’ignorer !

A moins que, concernant le départ de Simon : on peut se demander aussi si ce n'est pas Chaumette qui l'a mis proprement à la porte. Courant décembre, l'ancien savetier déclare que l'enfant lui a dit que Mme Elisabeth et Mme Royale fabriquaient de la fausse monnaie ! (bruit du tric-trac).
Hilarité générale ! Sauf peut-être chez Chaumette. Et voici Simon prié de faire ses valises sous le prétexte du cumul des fonctions. Par contre, dans "Le roi perdu", Aubry-Vaisons nous dit que Simon quitta le Temple suite à un litige avec Chaumette. Cela pourrait coller.


Vaisons interroge Gomin, l’adjoint de Laurent, gardien du prisonnier de juillet 1794 à mars 1795.
Il demande à Gomin pour quelle raison Laurent quitta le Temple. « Il voulait retrouver sa liberté, son jardin. Il se sentait comme enfermé dans la Tour » répondit Gomin. Nous sommes loin du prétexte de la mère de Laurent bien malade ! (mère décédée depuis 20 ans au demeurant). Aubry aurait-il décidé une fois de plus de berner ses lecteurs ? Un futur académicien !

Pourquoi Vaisons parle-t-il de Louis XVIII assis sur un fauteuil parsemé d’abeilles impériales ? La duchesse d’Angoulême avait fait disparaître toute trace du passage de Napoléon aux Tuileries !
Louis XVIII aurait-il gardé un « souvenir » de l’Empereur ? Où Aubry a-t-il pu trouver cette anecdote ?

Vaisons arrête son enquête en mars 1820, après avoir fait son rapport à Louis XVIII sur le refus de Fouché de livrer des informations sur Louis XVII. Pourtant les mémoires de Vaisons sont datées d'avril 1819 à juin 1820. D'avril à juin 1820, qu'a fait Vaisons ? Cette date de juin 1820 est celle de la mort du régicide Louvel.

J'ai parcouru quelques pages du "Roi perdu". Il manque bien une partie du récit de "Vaisons", comme si Octave Aubry n'avait pas voulu faire éditer les avant-dernières pages. Ces pages qui concernent la période fin mars-juin 1820. Que pouvez donc raconter ces pages ?

Petit rappel : il est imprimé "Relation fidèle des recherches qui me furent prescrites et des événements auxquels j'ai été mêlé d'avril 1819 à juin 1820". Et le récit de "Vaisons" s'arrête en mars, à son retour de Trieste, ou il a visité Fouché ! Et la suite ? LA SUITE QUI EST LA PERIODE DE L'ENQUETE CONCERNANT LOUVEL ! IL MANQUE DES PAGES !

Page 254, "Vaisons" raconte que les dossiers qui lui avaient été confiés furent donnés à la duchesse d'Angoulême et que cela explique leur disparition (dont on accusa Decazes). Et Aubry note que ces dossiers devraient se trouver dans les mains des héritiers d'Henri V (1924).
Invente-t-on cela en parlant de vivants ? Il devait être fou, ce futur académicien !

Dernières nouvelles : j’ai reçu les parutions antillaises d’un prêtre, l’abbé Paul Delisle, décédé en 1947. Il a fouillé dans les registres d’état-civil de plusieurs communes des antilles. La sœur de Laurent, qui enleva le prisonnier du Temple, fut marraine en 1797 aux Antilles avec un dénommé La Taste. La dame qui abrita l’enfant était Mme de la Toste (nom imaginé, comme beaucoup dans le livre d’Aubry-Bonneval). De la Toste – La Taste !

Aubry n'a pu inventer cela; si il avait voulu écrire un roman, il ne se serait pas donné tout ce mal !!!. « Le roi perdu » n’est pas une fiction mais le rapport du marquis de Bonneval à Louis XVIII.
Avatar de l’utilisateur
pilayrou
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 803
Inscription: Mar 29 Mars 2005 : 16:22
Localisation: guilers (brest)

Messagede pilayrou » Jeu 25 Octobre 2012 : 11:08

Bonjour.
Comme je sais que ce forum est un puit sans fond de connaissances, je me permets de vous poser la question suivante :

Quelqu'un sait-il où je pourrais trouver la liste des personnes ayant embarqué début 1796 (an IV) sur la frégate La Sémillante à destination de Saint-Domingue.

Je travaille sur le livre de l'historien-académicien Octave Aubry, "Le roi perdu". Ce livre-mystère n'est pas un roman mais la vérité sur l'évasion du prisonnier du Temple (Louis XVII) durant l'été 1794. Les éléments que j'ai pu déchiffrer le prouve.
Barras a fait enlevé par le gardien Laurent et sa soeur l'enfant du Temple.
Fouché s'en est emparé quelques temps plus tard et l'a placé chez Petit du Petitval. L'enfant a quitté la demeure du banquier peut avant le massacre de Vitry en avril 1796.
Joséphine de Beauharnais était plus ou moins au courant de l'affaire. Bonaparte ???
Le prétendu comte de Vaisons, du Roi perdu, était le marquis-général d'Empire de Bonneval.
Celui qui l'accompagne au cimetière de Ste Marguerite en 1819, le "docteur Marotte" était le docteur Chevreul (1786-1889).
D'après le livre, le commissaire de la République Leblanc accompagne avec Laurent l'enfant à St Domingue. Il dit que le petit est son neveu. Leblanc réembarquera pour la France sur La Sémillante quelques mois plus tard en clamant qu'il était empoisonné. Il mourra sur le navire.

Merci.
Avatar de l’utilisateur
pilayrou
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 803
Inscription: Mar 29 Mars 2005 : 16:22
Localisation: guilers (brest)

Messagede pilayrou » Dim 9 Février 2014 : 12:38

Je me permets de mettre mon diaporama sur cette affaire Louis XVII (33 ans de recherches).
Elle touche en effet beaucoup de personnages historiques; dont l'Impératrice Joséphine, qui était au courant (vaguement selon moi) d'une sortie du Temple du fils de Louis XVI; enlevé par Barras et récupéré par Fouché.

Avatar de l’utilisateur
pilayrou
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 803
Inscription: Mar 29 Mars 2005 : 16:22
Localisation: guilers (brest)

Messagede Bourrienne85 » Lun 11 Août 2014 : 18:44

Je ne sais trop quoi penser de cette "affaire"... Deux camps s'opposent encore une fois et j'ai énormément de mal à y voir clair. Qui dit vrai ? Éclairez un peu ma lanterne... :roll:
Avatar de l’utilisateur
Bourrienne85
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
 
Messages: 77
Inscription: Mer 9 Avril 2014 : 18:29

Messagede Bruno Roy-Henry » Lun 11 Août 2014 : 23:04

Le second article du Pr. Lucotte :

http://www.ijsciences.com/pub/pdf/V320140710.pdf
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste."

Napoléon.
Avatar de l’utilisateur
Bruno Roy-Henry
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1298
Inscription: Lun 10 Mars 2014 : 11:31

Messagede pilayrou » Sam 15 Août 2015 : 15:34

J'ai trouvé par hasard quelque chose d'exceptionnel ! La dame de la Toste; ou de la Taste d'Octave Aubry (qui s'amusa à tout brouiller) pourrait fort bien être une dame Le Vassor de la TOUCHE. Famille résidant... aux Trois-Ilets, à la Martinique; patrie (Trois-Ilets à la Martinique) de.... Joséphine Tascher de la Pagerie, épouse de Beauharnais ! Les Tascher et les de la Touche servirent en même temps le Roi.
Cela voudrait dire que Barras (et Fouché ?) auraient envoyé sur recommandation de la future impératrice l'enfant du Temple à la Martinique. On en revient à de vieux bruits qui courent !

Ce que j'écris là concernant ces deux familles est indiscutable.
Avatar de l’utilisateur
pilayrou
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 803
Inscription: Mar 29 Mars 2005 : 16:22
Localisation: guilers (brest)


Retourner vers Blogs et sites personnels

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité