Rechercher dans le forum :

Google: Yahoo: MSN:



Mon bicentenaire ...

Souvenirs, souvenirs...

Modérateur: Patton

Mon bicentenaire ...

Messagede Espagne » Ven 20 Octobre 2006 : 19:26

Bonsoir, voici en quelques mots :fou: mon voyage pour le bicentenaire.

:arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow:

C’est par un beau matin d’octobre (le 12) que commence notre escapade dans l’Est. Nous quittons Paris vers 7h00, direction l’Allemagne et plus précisément Iéna …
Déjeuner à Kaiserslautern (on répète après moi Frédérique :lol: :!: ). J’espérais bien rencontrer quelques membres du Forum en provenance des Vosges et de l’Est (dans le second bus en partance d’Epinal), et j’ai eu effectivement le plaisir de retrouver notre ami Voltigeur (vous savez LE biographe de « Beausoleil ») attablé au restaurant. Après 14 heures dans un bus, nous arrivons à notre hôtel : « Maxx hotel ».

Ce long trajet de 850 km fut rendu moins long et plus agréable grâce à la bonne ambiance créée par des membres des APN (dont Jean-Yves), des Vosges Napoléoniennes, et grâce à nos trois conférenciers : Natalia Griffon de Pleineville, Jacques Garnier et David Chanteranne. Ils nous feront tout au long du voyage des conférences intéressantes et toujours très vivantes : un rappel sur la bataille de Valmy (au passage, vvvrrooouuummm :fou: !), les batailles de Iéna et Auerstaedt, des comparatifs entre les situations avant et après Austerlitz avec celles avant et après Iéna, Napoléon au Cinéma, … Encore mille mercis à eux pour leur gentillesse et leur disponibilité. Z’ont pas la grosse tête et c’est agréable :) :salut: . Je garde en mémoire ma discussion sur les « vieux bouquins » avec M. Garnier.

Après une bonne nuit (courte !) réparatrice, le vendredi, le matin se passe à visiter la ville de Goethe (et accessoirement de Schiller), le berceau de la démocratie allemande : Weimar. La visite commence par son château et son célèbre escalier (malheureusement inaccessible pour cause de travaux, comme d’habitude quand votre serviteur et son épouse se déplacent :( ) où la « duchesse » reçu Napoléon 1er, et se termine par une exposition consacrée au bicentenaire où se trouve un tableau représentant la « scène de l’escalier ». Après un bon repas arrosé à la bière (c’est pas mon truc, mais pour faire honneur à la gastronomie locale, j’en ai bu pour dix ans pendant notre séjour !), en route vers le champ de bataille de Iéna … à pieds pour la moitié du groupe. Donc gravir le Landgrafenberg, et c’est pas une sinécure, même si les conditions ne sont pas les mêmes qu’il y a 200 ans ! Arrivé en haut, visite guidée du petit musée de Cospeda, d’où je vois passer à travers les vitres le Xè escadron des chasseurs à cheval de la Garde (que je ne peux saluer) et où je croise mes amis du 8è de Ligne (Courtebotte, Dorsenne, Jiem et Tibule)
Le soir, après un rapide « Iéna by night », repas à l’hôtel restaurant « l’Ours Noir », qui fut le QG de l’Empereur avant la bataille, puis un hôpital. Et là, avant le plat principal … « Mesdames, messieurs : l’Empereur ». Et oui, Marc Schneider entre. Un vent de folie souffle dans la salle, les yeux s’illuminent et sa harangue nous électrise et nous emporte 200 ans en arrière (le lendemain, sur le pré, même madame, alors que …, criera « Vive l’Empereur »). Il fit preuve à cette occasion, comme toujours, d’une grande gentillesse et d’une grande patience avec cette « micro-cour » reconstituée. Parmi ses accompagnateurs, deux membres du Xè Escadron des Chasseurs à Cheval de la Garde et du Forum d’Albert : l’Aly, dans une robe rouge du plus bel effet, et son cavalier servant, Ph.-A. Morsky. Notre Voltigeur en profite également pour les saluer. A ce propos, un ami irlandais m’a donné écho d’un beau sacrement offert par l’Empereur un soir au bivouac. L’ambiance devait être chaude ! A-t-on versé quelques larmes ?

Le lendemain, 14 octobre 2006, c’est le grand jour. Après notre conférence matinale, départ pour la reconstitution. Nous découvrons la charmante Isis, membre du groupe, d’origine cubaine et vivant à Munich, vêtue d’un très bel uniforme :aime: de Hussards, qui pendant les deux prochains jours lui faudra un franc (et mérité) succès. Le temps, comme pendant tout notre séjour est gris, frais et brumeux … mais il fait beau, car pas de pluie ! Nous assistons pendant plus de deux heures à de belles évolutions de troupes, à une canonade sonore, le tout agrémentées de charge de cavalerie avec Hussards, Dragons et Chasseurs (mais n’est-ce point L’Aly, qui au loin et en contrebas, cherche à maîtriser un cheval trop fougueux venant lâchement d’abandonner son cavalier ?). Mais surtout, j’assiste enfin, à une charge de cuirassiers, ce qui redonne vie quelques instants à mon avatar « forumésien », le général Espagne. Et là, ce n’est pas Berit qui prends des photos ? J’espère que tous les reconstitueurs y ont trouvé ce qu’ils y cherchaient. Dans les gradins, un militaire français représente les officielles, officiellement absents. On note aussi la présence des princes Murat et Napoléon, que l’on retrouvera le soir, pour un concert (symphonie N°7 ’Leningrad’ de Chostakovitch) organisé en l’église St Michael de Iéna, avec le philharmonique de Iéna et l’orchestre de Picardie, main dans la main, symbolisant ainsi l’union de ces deux peuples longtemps opposés sur les champs de bataille européens. Le prince Napoléon fait preuve de prévenance avec ces inconnus venus célébrer son aïeul et sa Grande Armée. Il serre chaleureusement les mains qui se présentent à lui et discute quelques instants avec chacun.

Pour notre dernier jour sur place, après une cérémonie du souvenir au monument de Vierzehnheiligen en présence de l’Empereur et de troupes françaises et prussiennes, rendez-vous au bivouac. Je salue mes amis reconstitueurs et leurs présente Voltigeur : Courtebotte, Dorsenne, Jiem et Tibule, du 8è de Ligne, et leurs collègues la Rose et la Doublure que je croise pour la première fois, puis Arrighi et O’neills, de la Légion Irlandaise. Malheureusement, certains ne sont pas venus, tel Joker, d’autres chevauchent leurs montures sur la plaine et ne sont pas au bivouac, tel Hipolyte et Chat-Braque, et d’autres enfin, sont repartis vers la France, comme les GIdF et l’ami Schnaps, que je me faisais une joie de revoir après Corps, et que Voltigeur souhaitait tant saluer. Pas vu non plus Dédé le Dragon, venu avec le 8è de Ligne je crois. Une prochaine fois sûrement ( :salut: à tous :!: ). L’après-midi est consacré à la bataille d’Auerstaedt. Nous visitons les musées de Hassenhausen et d’Auerstaedt, et, nous nous rendons au monument érigé en souvenir du duc de Brunswick, mortellement blessé pendant la bataille.

Le lundi matin de bonne heure, et après avoir salué comme il se doit la moitié de notre troupe qui poursuit le voyage vers Rippach, Lutzen, Leipzig, Dresde, Bautzen et Kulm (ils sont rentrés en France hier soir), tout l’monde dans l’bus pour 13 heures de trajet. Mais il nous faut finalement nous séparer douloureusement de tous nos nouveaux amis en deux étapes : à Metz puis à Paris.

Que me reste-t-il de ce voyage : des rêves pleins la tête, des rencontres avec d’autres passionnés, avoir eu le plaisir de saluer certains reconstitueurs du Forum (malheureusement pas tous les présents), et enfin, avoir rencontré une autre Allemagne, très belle et peuplée de gens charmants (je ne connaissais que Francfort – son aéroport – et Hambourg). Je tiens également à remercier une nouvelle fois Simon, son épouse Odile et Frédérique, leur charmante et toujours pétillante fille. Cette dernière, notre accompagnatrice, a toujours fait preuve avec nous de gentillesse et de patience, et il en faut parfois avec certains, non ?

Voilà, la grisaille du train-train quotidien est de retour dans mes yeux et dans mon esprit. Vivement la prochaine escapade :!:

:arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow:
Voilà. Encore merci et VIVE L'EMPEREUR et SA GRANDE ARMEE :!:

:salut:
Le grand art d'écrire, c'est de supprimer ce qui est inutile (Napoléon - 1804)
Avatar de l’utilisateur
Espagne
Général de division
Général de division
 
Messages: 2768
Inscription: Sam 11 Septembre 2004 : 13:16
Localisation: MONTROUGE (92)

Messagede Joker » Ven 20 Octobre 2006 : 20:42

Un véritable reportage à la manière des chroniqueurs de guerre de jadis !Bravo et merci à vous, cher Espagne, pour ce récit vibrant et riche en émotions. :aime:
Je n'y étais pas, mais grâce à vous, j'ai néanmoins pu en profiter un tant soit peu... :salut:
"On ne monte jamais si haut que quand on ne sait pas où l'on va" (Napoléon Bonaparte)

"Quand je me regarde, je me méprise, mais quand je me compare, je m'admire." (Talleyrand)
Avatar de l’utilisateur
Joker
Maréchal d'Empire
Maréchal d'Empire
 
Messages: 9066
Inscription: Jeu 11 Juillet 2002 : 01:00
Localisation: Bruxelles - Belgique

Messagede Marlène » Ven 20 Octobre 2006 : 21:18

voici en quelques mots


Vous êtes bien modeste, Espagne... :)

Mais votre récit est bien intéressant. Merci. :fleur3:
Avatar de l’utilisateur
Marlène
Princesse de Guastalla
Princesse de Guastalla
 
Messages: 3405
Inscription: Mer 26 Avril 2006 : 10:01

Messagede la rose » Ven 20 Octobre 2006 : 21:30

Salut et respects.

Vous finirais en grenadier camarade............. :) quelle passion.
(entre nous dans les gradins ou sur le pré, la passion est la même, autant de kilomètres pour l'instant magique, pas à dire on est fondu :) :lol: )

heureux d'avoir pu vous serrer une paluche ainsi qu'à voltigeur, et encore toutes mes excuses pour le peu de discussions que nous avons eut, la partie est remise sans aucuns doute, vous avec de l'eau (aime pas la bière l'Esapagne) moi avec une bière............. :lol:

:salut: de la rose.
Les règlements sont faits pour les soldats et non pour les guerriers ; la bataille se rit du code, elle en exige un nouveau, innové par elle et pour elle et qui disparaît dès qu'elle est terminée.
Avatar de l’utilisateur
la rose
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1798
Inscription: Lun 4 Juillet 2005 : 11:54
Localisation: nogent sur oise (France)

Messagede Chat-Braque » Ven 20 Octobre 2006 : 21:39

J'aurais vraiment aimé faire votre connaissance… mais vous savez ce que c'est…
… les chevaux… toujours en train de galoper…
… on ne sait jamais quand ça va s'arrêtter.

:salut:
"Quel calme !… on entendrait un notaire voler !"
G.Rémy
Avatar de l’utilisateur
Chat-Braque
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1746
Inscription: Lun 29 Août 2005 : 14:35

Messagede Espagne » Sam 21 Octobre 2006 : 18:29

Bonsoir.

Merci de vos réactions.

Cher Chat-Braque, je pense vous avoir croiser au village du bivouac (Vierz..... sans le lire, c'est d'un compliqué à écrire sans tomber :Ane: ). Vous étiez en couple et vous montiez ... euh, avec (et pas sur :oops: ) un de vos collègues chasseurs bien sûr :!:
Ami la Rose, y'a tellement de bon beuvrage à partir des plantes que nous offre Dame Nature, qu'on trouvera bien un truc qui convienne à tout le monde :)

:salut:
Le grand art d'écrire, c'est de supprimer ce qui est inutile (Napoléon - 1804)
Avatar de l’utilisateur
Espagne
Général de division
Général de division
 
Messages: 2768
Inscription: Sam 11 Septembre 2004 : 13:16
Localisation: MONTROUGE (92)

Messagede Latour-Maubourg » Sam 21 Octobre 2006 : 20:29

Merci mon cher Espagne pour ce récit de qualité. Salutations. :salut:
Mon coeur est à toi,
Mon sang à l'Empereur
et ma vie à l'honneur.
Avatar de l’utilisateur
Latour-Maubourg
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 938
Inscription: Sam 9 Octobre 2004 : 12:41
Localisation: Auvergne

Messagede l'Aly » Sam 21 Octobre 2006 : 22:31

:salut:

quel récit Espagne !!! :aime:
superbe!
en effet ce fut bien L'Aly qui rattrapa un cheval non point fougeux, je le connais très bien, il est adorable juste qu'il était énormément stressé et qu'il faut savoir comment le prendre dans ces conditions hors son cavalier d'alors ne le connait certainement pas bien ...résultat : chute et fuite
et en tant que palfrenier, il est de mon devoir de le rattraper. D'ailleurs il m'a bien fait courir !!! :lol:


L'Aly :fleur3:
«Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science.»

Électron libre et neutre de la reconstitution historique.
Avatar de l’utilisateur
l'Aly
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1834
Inscription: Mar 10 Août 2004 : 18:03
Localisation: Quelque part dans l'histoire ...

Récit d'Iéna

Messagede GENERAL COLBERT » Dim 22 Octobre 2006 : 01:42

Bien , Espagne, ce récit ! Vous avez du mal avec la prononciation de Vierz....."Vierzehnheiligen", ça veut dire "Quatorze Saints" : ça sera plus facile à prononcer. Répétez après moi.... :lol:
Une petite précision, concernant la présence conjointe de l'orchestre de Iéna et celui de Picardie, que j'apporte en tant qu'habitant d'Amiens :il ya un récent jumelage entre la Picardie et la Thuringe. Les thuringiens sont pas mal venus en Picardie l'an dernier, cette année ce sont les picards qui vont en Thuringe.
Avatar de l’utilisateur
GENERAL COLBERT
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1298
Inscription: Mer 4 Octobre 2006 : 01:12
Localisation: ALBERT (Somme)- FRANCE

Reportage d'Espagne

Messagede voltigeur54 » Dim 22 Octobre 2006 : 14:41

:salut: :salut: Bravo pour votre témoignage, Général Espagne, d'autres prendront votre relai pour les 3 jours suivants, qui furent aussi exceptionnels. A côté des villes comme Dresde et Leipzig dont l'extension a souvent mangé les repères de la bataille, le mérite des Doillon a été de nous dénicher des endroits , avec les magistrats des communes moins prestigieuses, hors des sentiers battus. Le maire de Rippach nous emmène au lieu où Bessières fut mortellement blessé.A côté de Grosss Görschen(Lützen), après la visite du musée, du monument Scharnhorst, le pathétique QG de Ney dans une petite ferme, méconnue. La porte poussée, on trouve dans la cour intérieure, abrité, le drapeau tricolore. Il veille. A l'opposé,en enjambant des coprins en carrés dans le gazon, une fermette cache une salle de repos avec quelques gravures du Rougeaud , assemblées là par un historien local.... Bautzen? abrite en son cimetière une vaste fosse commune . De sa ville tourmentée par un vent continuel(un dicton allemand dit que "le vent quand il ne sait où aller, il va à Bautzen..") Il en fait pencher la tour au centre Ville...Dresde où le Baroque a ressurgi des cendres , superbe ville d'art. Nous eûmes la primeur de la visite du Palais Marcolini, témoin de l'entrevue avec Metternich, dans le pavillon chinois, résidence de Napoléon. Sous un bouquet d'arbres , le monument à Moreau (il fuma tranquillement un cigare quand on l'amputa...). C'est peut-être encore en fin du voyage, l'histoire du piège de Kulm qui fut saisissante. Lla découverte du monument où Vandamme fut pris . Une marche périlleuse nous y conduisit, une autre pentue nous fit gagner le poste d'observation de Vandamme, à la chapelle de la Sainte Trinité. Le Maire de Kulm nous pilota.Il vint diner avec nous et nous apporta les premières plaquettes éditées sur la bataille, le lendemain à 6h30, devant le car:nous sommes les premiers visiteurs sur ce circuit où les Alliés ont semé leurs monuments, en bord de route...
Une louche de gentillesse, un zeste d'imprévus, une intense disponibilité.
C'est ça , n'est ce pas Espagne, le sel d' Est Capade ?A +, voltigeur
Avatar de l’utilisateur
voltigeur54
Colonel
Colonel
 
Messages: 643
Inscription: Mar 4 Février 2003 : 17:58

Messagede SCHNAPS » Lun 23 Octobre 2006 : 11:52

Chers "Espagne" et "voltigeur54",

merci de nous avoir narré votre périple,( :) VALMY ne pas oublier Valmy : le vaincu de Valmy fut aussi le vaincu -et mortellement blessé- d'Auerstaedt).

J'aurais beaucoup apprécié vous rencontrer sur ces lieux, mais le Dimanche matin les GIDF se rendirent sur le champ de bataille pour rendre hommage à leurs anciens, nous rencontrâmes le Xème escadron (des frères de la Garde) au Moulin de Krippendorff, puis nous nous rendîmes à la stèle de la Garde, où nous déposâmmes une gerbe tricolore et où une cérémonie de remise de chevrons d'ancienneté vint clore une prise d'armes informelle, mais qui fut appréciée de tous (y compris d'Allemands). Enfin avant de prendre le chemin du retour, les GIDF se rendirent à Auerstaedt, avec visite du Musée et prise d'Armes, puis notre périple à nous s'acheva au monument en mémoire du Duc de Brunswick, près d'Hassenhausen.

Ce sera donc partie remise, à une prochaine occasion ! :salut:
Salut & Fraternité

Près du coeur de Kléber, des mânes de Desaix, le long de la Souffel où Rapp défendit Strasbourg ;
"la Garde meurt... Mais ne se rend pas !"
Avatar de l’utilisateur
SCHNAPS
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 2073
Inscription: Mer 22 Décembre 2004 : 15:30
Localisation: Reichstett (10 km N. de Strasbourg)

TRIOLET

Messagede Route Napoleon » Lun 23 Octobre 2006 : 16:14

Espagne, Voltigeur, SCHNAPS...
Le trio majeur !...
" Ni Français, ni Breton, Malouin suis, Malouin je reste "...
Avatar de l’utilisateur
Route Napoleon
Général en Chef
Général en Chef
 
Messages: 11575
Inscription: Mer 30 Octobre 2002 : 00:13
Localisation: INTRA-MUROS SAINT-MALO

veillée d'arme

Messagede la remonte » Jeu 13 Octobre 2016 : 15:02

en cette veille de victoire où nos amis ( l'empereur Marc en tête ) s'approchent de ce superbe site , une pensée pour eux et tous ceux qui entretiennent et popularisent l'Histoire :croixhonneur:
au danger mon plaisir
Avatar de l’utilisateur
la remonte
Maréchal d'Empire
Maréchal d'Empire
 
Messages: 8586
Inscription: Ven 1 Octobre 2004 : 14:06
Localisation: Paris

Messagede la remonte » Ven 14 Octobre 2016 : 10:09

à Joséphine : : « Mon amie, j'ai fait de belles manoeuvres contre les Prussiens. Ils étaient 150 000 hommes ; j'ai fait 20 000 prisonniers, pris cent pièces de canon et des drapeaux. J'étais en présence et près du roi de Prusse ; j'ai manqué de le prendre ainsi que la reine. ».
Napoléon chasse à courre les rois et reines :)
au danger mon plaisir
Avatar de l’utilisateur
la remonte
Maréchal d'Empire
Maréchal d'Empire
 
Messages: 8586
Inscription: Ven 1 Octobre 2004 : 14:06
Localisation: Paris

Messagede Mousquetaire » Ven 14 Octobre 2016 : 15:35

Quelque chose m'intrigue. Le lendemain de la bataille, le roi de Prusse écrit à sa femme : "La journée d'hier a été l'une des plus malheureuses et des plus tristes de ma vie."
Pourquoi écrire si la reine était dans les parages, au point même d'avoir couru le risque d'être capturée par les Français ?
Et pourquoi écrire pour l'informer d'une chose dont elle aurait bien dû se rendre compte si elle avait été présente à la bataille ?
« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » (Citation de Voltaire forgée par Evelyn Beatrice Hall)
Avatar de l’utilisateur
Mousquetaire
Général de brigade
Général de brigade
 
Messages: 1013
Inscription: Ven 8 Octobre 2004 : 11:22

Suivante

Retourner vers Iéna 1806 - 2006

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité